[TALLULAH] Life can be a real mother

Tallulah (Ellen Page) est un tomboy qui a décidé de vadrouiller à bord de son van qui lui sert de maison. Elle a embarqué avec elle, Nico (Evan Jonigkeit), jeune homme qui voulait quitter sa vie bourgeoise. Sauf que voilà, au bout de deux ans d’aventures, le jeune Nico en a marre et voudrait s’installer quelque part avec un vrai travail. Il décide de quitter Tallulah et retourne à New-York. Celle-ci, sous le choc décide d’aller à New-York également. De fil en aiguille rencontre la mère de Nico, noue une relation particulière avec elle. Relation aidée par le fait qu’elle présente un bébé kidnappée comme étant sa petite-fille.

Trois personnages clefs: Tallulah, mais pas que

Le sujet principal du film est la maternité et sa place dans notre société actuelle. Ce long-métrage est d’ailleurs l’adaptation du courts Mother de la même réalisatrice, Sian Heder. Il y a d’abord Tallulah qui semble assez éloignée de la maternité mais qui finalement ressent de l’empathie pour la petite fille qu’elle kidnappe. Cependant, on comprend vite qu’elle s’identifie plus à la petite fille, ayant été abandonnée par sa mère plus jeune, qu’à la mère potentielle de cette enfant.

Ensuite, il y a Carolyn (Tammy Blanchard) mère du dit bébé coincée dans une situation familiale qui ne lui convient pas, mère par défaut qui calme son baby blues dans l’alcool et les cachets, qui voudrait se sentir séduisante à nouveau et dont le mari est totalement absent. Son personnage aurait pu tomber dans la caricature la plus totale mais les scénaristes lui ont laissé assez d’espace pour être touchante et montrer ainsi que la maternité n’est pas forcément instinctif chez la femme, et que pourtant ça n’en fait pas d’elle un monstre.

Puis, il y a Margo (Allison Janney), la mère de Nico, brillante universitaire qui a écrit sur l’unité familiale et ses limites dont le mari a fait son coming-out quelques années plutôt et qui essaye pourtant de garder la face au lieu d’avancer dans sa vie. Malgré son sujet d’étude de prédilection et sa situation, elle avouera que son rêve le plus profond était en réalité de fonder et garder une famille. Le personnage du mari (John Benjamin Hickey) et son conjoint (Zachary Quinto), montre encore un autre aspect de la parentalité : l’adoption par un couple homosexuel.

Tallulah

La maternité au XXIe siècle

On pourrait résumer le film ainsi :

  • Une femme n’a pas à se sentir mère par définition illustré par le personnage de Carolyn
  • Une relation forte de mère/enfant peut se tisser entre deux êtres qui n’ont pas forcément de lien de sang.  Illustré par la relation entre Tallulah et Margo, la première recherchant une mère qu’elle n’a pas eu enfant, et la seconde, un enfant pour combler le vide qu’elle a créée pour correspondre aux attentes de son niveau social.

Cette représentation de la maternité sous différentes formes est le point le plus fort de son film, mais son omniprésence est également son plus gros défaut. Le film n’aborde que ce sujet et il n’y a pas d’espace pour souffler, penser à autre chose. Cela désert du coup son propos en donnant l’impression que la maternité est importante dans la vie d’une femme. Ce qui n’est pas forcément le cas pour chacune.

Une production Netflix

Enfin, un dernier paragraphe sur la particularité de production et d’exploitation de ce film. Il fait partie de l’écurie Netflix et ainsi on retrouve de ses « poulains » aux crédits. La réalisatrice, Sian Heder, a notamment été scénariste sur la série Orange is the new black. Le film est seulement disponible sur la plateforme. Cela peut rassurer sur les productions futures du genre car la qualité y est. Mais ce qui peut frustrer car il aurait été agréable de le voir sur grand écran.

En conclusion, Tallulah est un film qui présage de belles productions sur Netflix considérant la qualité de celle-ci. On y voit de belles prestations d’acteurs et une réflexion sur la maternité actuellement.

Tallulah

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s